· 

Mémoire, thèse, rapport de stage - Gagner des points sur sa note finale


Au printemps chantent les oiseaux, rallongent les jours, sortent les shorts des placards… et triment les étudiants sur la rédaction de leur mémoire !

Concilier stage, révisions, partiels et mémoire de fin d’année paraît une gageure, souvent source d’un grand stress.

Dans cette équation à plusieurs inconnues, l’angoisse face à la page blanche est à la hauteur de l’enjeu : l’obtention d'un diplôme, la validation d'une année.  J’ai une pensée émue pour celles et ceux qui vivent ces moments parfois tendus.

Vite, un litre de café pour garder les yeux ouverts !

Écrire un mémoire ou une thèse est une course de fond, pas un sprint.

Il parait normal d’alterner des phases de satisfaction, prolifiques et qualitatives, avec des phases plus délicates où la production se tarit et le doute s'installe. Sans aborder les questions de choix du sujet, de problématique et de méthodologie, 1001 lignes vous délivre dix conseils de base pour que votre support soit apprécié, donne une image valorisante de votre travail.

10 points de vérification pour vous faire gagner des points, précieux, sur la note finale de votre mémoire !

1- CONCORDANCE TITRES SOMMAIRE / CORPS DU TEXTE

Vous n'optez pas pour la création d'un sommaire automatique telle que proposée par word (Insertion > Tables et index > Table des matières) ?

Procédez alors à la main, ou plutôt à l'oeil (!), à la vérification suivante : les libellés des titres des parties et sous-parties énoncés au sommaire doivent être identiques à ceux rencontrés dans le corps du texte.

Vos titres sont des repères utiles à votre lecteur, aidez-le à s'y retrouver plus facilement.

2- INTRODUCTION - RÉSUMÉ - CONCLUSION : UN EXIGEANT TRIO

Soignez-les car ils seront lus en priorité et mettront votre examinateur dans une bonne prédisposition… ou pas, si trop de fautes d’orthographe il y a, si l’angle choisi n’est pas bien présenté... Avant de rendre votre mémoire, relisez ces trois éléments comme s'ils formaient un ensemble, un trio. Ils doivent donner à eux seuls un aperçu fiable et cohérent de votre travail.

3- PLUSIEURS PISTES POUR LE TITRE PRINCIPAL

Accordez-vous la souplesse de faire évoluer la formulation initiale du titre de votre document en fonction de vos avancées en écriture.

En fin de travail de rédaction, lorsque vous avez une vision exhaustive du contenu :

- réfléchissez à plusieurs axes possibles pour votre titre, sans vous brider ;

- écrivez plusieurs possibilités sur une page blanche (dont le titre envisagé en première intention) ;

- prenez un peu de recul avant de trancher.

 

Un sous-titre (écrit dans un corps plus petit, une autre typo ou en italique) peut servir à préciser un angle d’attaque.

Vu au premier regard, l'en-tête retenu ne peut souffrir aucune faute d'orthographe.

J'ai eu à relire un rapport d'un étudiant infirmier dont la page de couverture comportait "Higiène" au lieu de "Hygiène"...

4- ÉQUILIBRE ENTRE LES PARTIES

Travaillez la structure de votre document de façon à ce que les différentes parties aient un poids équivalent.

Aucune ne doit prendre le pas sur les autres, un texte démesurément long l'associerait à une rubrique fourre-tout.

Aucune ne doit être délaissée et apparaitre comme un coquille vide.

5- CITATION DES SOURCES

Identifiez clairement toutes les références aux auteurs étudiés, aux articles consultés.

Ne laissez pas de doute sur l’origine d’une idée, d’une citation. Mentionnez-la dans le corps du texte, en renvoi bas de page et en bibliographie.

6- BIBLIOGRAPHIE : LA MAL-AIMÉE

Référencez en fin de mémoire par ordre alphabétique l'ensemble des travaux cités dans votre travail (livres, publications, périodiques, sites internet...).

Incontournable, normée, la bibliographie est soumise à des strictes règles de mise en forme. Respectez-les, même en râlant !

Ainsi, vous montrez à votre examinateur que vous êtes précis.e, impliqué.e, attentionné.e à ce qui est attendu.

7- RELECTURES DE VOTRE MÉMOIRE (au pluriel, oui !)

Relisez-vous, plusieurs fois même :

- une lecture attentionnée à l’orthographe, la ponctuation,

- une autre concentrée sur la cohérence des idées, leur enchaînement,

- une de plus pointée sur le respect du cahier des charges de votre école ou université,

- ...

 

Relisez certains passages à voix haute : excellent moyen pour détecter les formulations bancales, celles dont le sens manque de clarté.

Si vous avez besoin de reprendre votre souffle en cours de lecture orale, c'est le signe que les phrases sont trop longues.

La lecture silencieuse présentera alors la même difficulté à votre examinateur. Pour éviter cet écueil : reformulez certains paragraphes en phrases plus courtes.

Les fautes d’orthographe vous pénalisent. Faites-leur la peau ! Vos efforts, vos recherches et votre réflexion intellectuelle pour défendre le sujet que vous traitez méritent mieux qu’un texte ponctué d'erreurs et qui laisse une impression en demi-teinte. Le Bescherelle et les dictionnaires sont vos amis !

8- VALORISATION DU VOCABULAIRE

 Supprimez autant que possible les répétitions de mots. Elles alourdissent votre texte, comme un bégaiement de lecture qui peut laisser penser que vous n'avez pas fait l'effort de les neutraliser.

Réflexe à adopter : faire appel aux dictionnaires de synonymes en ligne pour revoir certains énoncés. Votre texte s'en trouvera enrichi.

9- PRÉSENTATION VISUELLE DE VOTRE ÉCRIT

Gardez à l’esprit que l'impression globale qui se dégage de votre texte vient du couple "lisibilité textuelle (vos idées, votre contenu) ET lisibilité visuelle (la mise en forme, le graphisme)".

- Soignez vos mises en gras.

- Sautez des lignes.

- Mettez vos phrases de conclusion en exergue.

 

Vous facilitez ainsi le travail de lecture de votre examinateur.

S'il n'a pas le temps de tout lire, vos efforts de mise en forme l'aideront à capter les idées cardinales.

10- CHEMINEMENT DES HYPOTHÈSES

Vérifiez que le texte final répond de façon exhaustive et précise à toutes les hypothèses soulevées en introduction.

La boucle doit être bouclée.

Il est préférable de supprimer de l'introduction la mention d'une piste de recherche, plutôt que de la conserver mais sans la creuser, sans y revenir.

Laisser votre public sur sa fin n'est pas un bon point.

Le graal, c'est pour bientôt !

Travail de longue haleine, la rédaction de votre mémoire, de votre thèse ou rapport de stage vous demande opiniâtreté et remise en question.

Je vous souhaite de trouver satisfaction à le mener à son terme.

 

Si d’aventure, vous sentez le découragement vous gagner, pensez à vous faire aider, accompagner.

Confiez votre écrit à un oeil neuf capable de soulever les erreurs que vous ne voyez plus à force de l’avoir trop lu.

Je peux relire et corriger votre document.

 

Mon travail porte sur l’orthographe, la syntaxe, la ponctuation, la structuration du texte et tout point particulier qui vous paraît délicat.

 

Vous vous situez à Montpellier, en Hérault, en France ou au-delà de l'Hexagone ? Peu importe, j'interviens sans problème à distance.

Soumettez une question à delphine@1001lignes.fr, j’y répondrai avec plaisir.

Pour m'appeler : 06 13 26 71 02.

 

#relecture #memoire #these #correction #orthographe #conseils #etudiants

 

Contactez 1001 lignes

 06 13 26 71 02

 

 mail

 

 34980 Saint-Clément-de-Rivière, Hérault

 

linkedin 1001lignes